L’Observatoire

L’Observatoire de Neuchâtel (1858-2007) a été fondé par décret du Conseil d’Etat. Il avait comme buts premiers de déterminer et de diffuser l’heure avec précision pour soutenir l’industrie horlogère, de mettre en place un contrôle des chronomètres fabriqués dans la région et de leur délivrer des certificats de marche. Ces certificats devaient émaner d’une institution reconnue au plan scientifique.

L’Observatoire est en grande partie à la source de la réputation de précision du canton de Neuchâtel. Grâce au signal horaire qu’il diffusait quotidiennement à la radio dès les années 1930, il a façonné le temps de la vie quotidienne de générations de Suisses. En plus de sa vocation chronométrique, l’Observatoire a été actif dans divers domaines scientifiques, comme la géodésie, la métrologie, la sismologie et la météorologie. Le premier directeur, Adolphe Hirsch, a notamment contribué à la carte de Suisse, ainsi qu’à la Commission Internationale des Poids et Mesures, dont il a été le secrétaire. A partir de 1960, l’Observatoire a été à la pointe de la recherche dans les horloges atomiques. Les satellites Galileo sont équipés d’horloges conçues au départ par ce dernier.

Photo aérienne du site de l’Observatoire de Neuchâtel © Ennio Bettinelli
Plan de situation de 1912 © Archives de l’Etat de Neuchâtel

I. Observatoire principal
II. Maison d’habitation du Directeur
III. Maison d’habitation du mécanicien-concierge
IV. Petite lunette méridienne
V. Pavillon Hirsch

a) Mires
b) Instruments de météorologie
A. Avenue de l’Observatoire
B. Le Mail
C. Zone de protection

Dates clés de l’observatoire

  • 31 mars 1858 – Lettre du Dr Adolphe Hirsch aux autorités cantonales (Projet de fondation, plans).
  • Courant 1859 – Construction des bâtiments.
  • 1859-1860 – Installation des instruments.
  • 25 juin 1860 – Envoi quotidien du signal horaire par ligne télégraphique.
  • 1861 –  Construction de la mire de Portalban
  • 1865 – Le Dr Adolphe Hirsch se félicite de pouvoir garantir une précision de 1/10 de seconde.
  • 1880 – L’heure de l’Observatoire est précise à 1-2 centièmes de seconde.
  • 1884 – Construction de la mire de Chaumont (Montagne au-dessus de Neuchâtel). Convention avec les P & T pour la distribution du signal horaire.
  • 1894 – Introduction de l’heure universelle. L’Observatoire continue à envoyer son heure locale, en précisant que le décalage est de 1 h. 32 min. 10 s. 4.
  • 16 avril 1901Mort du Dr Hirsch. Le Dr Arndt reprend la direction de l’Observatoire. M. Hirsch a légué sa fortune à l’Etat de Neuchâtel pour accroître l’activité de l’Observatoire. Achat des terrains environnants par l’Etat.
  • 1903 – Premier projet pour la transmission de l’heure par ondes hertziennes. Visites célestes pour le public.
  • Septembre 1909 – Premiers travaux pour la construction du Pavillon Hirsch.
  • Avril 1911 – Achèvement du Pavillon Hirsch. Crédit pour une nouvelle méridienne.
  • 16 juillet 1912 – Inauguration du pavillon Hirsch.
  • 1916 – Première mention de l’étude photographique d’étoiles variables (Delta Cephei). Le service sismologique est maintenant bien organisé. 535 visiteurs dans l’année.
  • 1920 – Remplacement de la pendule Hipp par une pendule Favarger S.A.
  • 1925 – Commande d’un nouveau sismographe.
  • 1926 – Installation du sismographe de Quervain-Piccard.
  • 1934 – Retraite de M. Louis Arndt. Il est remplacé par M. Edmond Guyot.
  • 1938 – L’Observatoire figure dans la liste des 10 meilleurs observatoires de l’heure du monde.
  • 1948 – 90e anniversaire de l’Observatoire. Le Conseil d’Etat accorde un crédit de Fr. 330’000.– pour l’agrandissement de l’Observatoire et l’achat d’instruments.
  • 1949 – Première pendule à quartz de l’Observatoire.
  • 1957 – Début de l’Année Géophysique Internationale. Mise en service de l’émetteur HBN de Neuchâtel, sur 2,5 et 5 MHz, ainsi que de l’émetteur HBB de Münchenbuchsee sur 96 kHz. Mise en service de l’horloge parlante.
  • 1958 – Centenaire de l’Observatoire. Remise de la médaille du prix Nobel de Charles Édouard Guillaume à l’Observatoire par sa famille. Premiers écrits sur l’heure atomique.
  • 1960 – Démission de M. Jean-Pierre Blaser. Il est remplacé par M. Jacques Bonanomi.
  • 20 janvier 1961L’heure de l’Observatoire devient l’heure légale en Suisse.
  • 1964 – Première mention de l’abandon éventuel de l’astronomie comme sujet de recherches scientifiques.
    XIIe conférence générale des Poids et Mesures. Elle remplace l’unité astronomique de la seconde par celle de l’horloge au césium.
  • 1966 – Les premières montres à quartz battent tous les records au concours de chronométrie.
  • 1967 – Les mesures faites à la lunette zénithale PZT de Neuchâtel, toujours collectées par le Bureau International de l’Heure, sont encore considérées comme les meilleures du monde.
    Adoption définitive sur le papier de la seconde atomique comme unité de temps. La dérive à long terme rend cette décision inapplicable.
  • 1973 – Le service de sismologie n’est plus tenu que sommairement.
  • 1974 – Don de la méridienne au MIH (Musée International de l’Horlogerie, à la Chaux-de-Fonds), en formation.
  • 1977 – Fin de la contribution neuchâteloise à la définition de l’heure internationale, seuls les trois étalons primaires des États-Unis, du Canada et de l’Allemagne étant retenus.
  • 1982 – Cessation des mesures avec la lunette zénithale photographique (PZT).
  • 2007 – Les activités de l’Observatoire sont réparties entre l’Université et le CSEM.